Banniere

 
  Galerie

 La vache dans l'art

 Lune à l'autre

 Intense vie des musées

 Les musées de Bourgogne

 FRAM Mâcon

 FRAM Montbard

 FRAM Alésia

 FRAM Dijon

 Acquisitions FRAM 1995-2005

 Voyage sur la Saône

 Il n’est moutarde qu’à Dijon ?

 Bois gravés

 Les bois gravés (enfants)

 Les faïences patronymiques

 
  Dossiers

 Bourgogne en Coiffes

 Le Jumelage Culture à l'hôpital

 Le service pédagogique des Musées de Macôn

 La vie des enfants : Jeux et jouets

 La vie des enfants : Vêtements, parure & toilette

 La vie des enfants : Cuisine et gourmandises

 La vie des enfants : Education et écriture

 La vie des enfants à l'époque gallo-romaine

 Il n'est moutarde qu'à Dijon ?

 Mouvements en objet, Objets en mouvement

 Les bois gravés au Musée du Châtillonnais

 Les ducs de Bourgogne (1363-1477)

 
 
 
  Recherche

 
 
 
Contact

Info légales
english deutsch italiano
 
La vache dans l'art
 
 
 
 

Maître de la Déploration de Sarnen (Suisse, deuxième moitié du XVe siècle)
La Nativité vers 1475
M
usée des beaux-arts de Dijon


que dans la crèche, entre l'âne et le bœuf ? Pourtant cette représentation familière ne repose nullement sur l'Évangile de Luc, où se trouve le récit de la Nativité. Les deux animaux sont mentionnés dans l'Évangile apocryphe du Pseudo-Matthieu (VIe siècle), qui raconte que trois jours après la naissance de l'Enfant, Marie quitta la grotte pour s'installer dans une étable, posa l'Enfant dans la crèche, et que « le bœuf et l'âne l'adorèrent ». L'hommage ainsi rendu au Sauveur fait écho à une prophétie d'Isaïe : « Un bœuf connaît son possesseur, et un âne la mangeoire de son maître » (Is. 1, 3). On expliqua que l'âne était celui qui avait porté Marie de Nazareth à Bethleem, et que Joseph avait amené le bœuf pour le vendre. La légende fut acceptée par l'Église et intégrée à la liturgie de Noël. Largement illustrée au Moyen Âge, comme on le voit dans cette Nativité du XVe siècle, elle a traversé les siècles.