Banniere

 
  Retour fiche musée
 
  Galerie
 

   Cadmus et Minerve

 Le Verger

 Dauphin

 Saint Antoine

 Saint Christophe

 Saint Jean en prière

 Le Génie de la Liberté

 Retable Le repas chez Simon et la Flagellation du Christ

 Vue de Semur-en-Auxois

 L’Adoration des Mages

 Vue de la salle de Géologie

 Vue du pont Joly

 
 
 
  Recherche

 
 
 
Contact

Info légales
english deutsch italiano
 
Semur-en-Auxois, musée municipal
 
Cadmus et Minerve
  Thomas BLANCHET (1614-1689)
Huile sur toile
XVIIe siècle


Le morceau de réception de Thomas Blanchet (1614-1689) présenté à l’Académie en 1681, Cadmus ayant tué le dragon, Minerve lui ordonne d’en semer les dents, fut considéré comme perdu jusqu’à ce que les spécialistes le localisent au musée de Semur-en-Auxois sous l’attribution à François Verdier.
Le sujet de ce tableau est emprunté aux Métamorphoses d’Ovide, célèbre texte antique du Ier siècle après J.C., très en vogue à partir du XVIe siècle.
Fondateur légendaire de la ville de Thèbes, Cadmus tua le dragon qui gardait une fontaine et sur le conseil de Minerve sema la moitié des dents du monstre pour faire naître des hommes armés, qui s’entretuèrent alors. Seuls cinq d’entre eux survécurent et devinrent les ancêtres de la noblesse thébaine.
Cadmus est représenté debout, brandissant l’épée et tenant un bouclier; à ses pieds, le dragon expire. Dans les nuées, Minerve apparaît sur un char traîné par deux Amours, alors que les corps des soldats s’accumulent sous les nuages. De son index, la déesse ordonne à Cadmus de semer les dents du dragon. La chouette, visible, dans le ciel, est l’emblème de la déesse Minerve.

Blanchet fait preuve ici d’un sens admirable du dessin et de la composition. La composition s’articule à partir des grandes lignes directrices, diagonales, qui structurent l’œuvre, adoucie par
la présence des formes courbes.
L’utilisation d’une gamme chromatique riche et lumineuse; basée sur le contraste - le drapé rouge s’oppose à la tunique bleue - vient réchauffer un fond dominé par des tonalités sourdes. La beauté des détails, le traitement du corps de Cadmus et des drapés, la représentation sensible des visages, dont ceux des putti, illustrent encore la maîtrise de l’artiste et font de ce tableau une des œuvres majeures de la collection de peintures du musée de Semur-en-Auxois.